Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function '_wp_footnotes_kses_init' not found or invalid function name in /home/clients/0ee92a5a70a8343f39b969be2d33f5e6/_PUBLIC/wp-includes/class-wp-hook.php on line 308

Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function '_wp_footnotes_kses_init' not found or invalid function name in /home/clients/0ee92a5a70a8343f39b969be2d33f5e6/_PUBLIC/wp-includes/class-wp-hook.php on line 308
Matières – Bausol

Matières

LA LAINE

Résistante à l’humidité et à la combustion, possédant une bonne résilience à l’écrasement, douce et chaude au toucher, naturelle, la laine est le matériau le plus utilisé dans la fabrication des tapis.

Sur les hauts plateaux tibétains, à une altitude moyenne de 4.000 mètres, vit une race de petites chèvres qui, pour se protéger du froid, porte une épaisse toison de longs poils de laine très robuste.

La laine tibétaine est d’abord cardée puis filée à la main. Le fil ainsi créé est d’épaisseur irrégulière et confère au tapis un rendu plus artisanal.

La laine tibétaine claire est moins blanche que la laine de Nouvelle Zélande qui n’a pas d’impuretés.

  Laine tibétaine

Laine de Nouvelle-Zélande

Laine afghane handspun –  Nuances naturelles

Pour les blancs purs ou les couleurs claires, si l’on veut éviter qu’apparaissent le côté « brut » de la laine, il est conseillé la laine de Nouvelle Zélande.

En Inde, la laine utilisée pour les tapis de qualité est généralement importée (moutons mérinos de Nouvelle Zélande, d’Australie, etc.). A moins d’être certifiée 100% pure laine vierge, on la trouve, le plus souvent, mélangée en proportions variables à la laine locale (« blended wool »).

 La variété des laines disponibles est très grande et influencera beaucoup le rendu final du tapis :

  • la provenance,
  • le diamètre du fil (titrage en denier, count[1]),
  • le peignage (semi worsted) ou le cardage,
  • le nombre de fils/plis (ply) dans un brin de laine,
  • la torsion (twist),
  • le filage à la machine ou à la main (handspun),

[1] Le Count Métrique (nm) est le nombre d’unités de 1000 mètres de fil dans 1 kg. 60 count signifie qu’il y a 60.000 mètres dans 1 kg de fil.

Par exemple, un brin composé de 5 fils (ply) de 60 count aura la même épaisseur qu’un brin composé de 1 fil (ply) de 10 count.

La laine filée à la main (handspun) crée un fil d’une épaisseur irrégulière et confère au tapis un rendu plus artisanal, spécialement en cas de serrage « moyen ».

 La dénomination semi-peignée (semi-worsted) signifie de longues fibres, donc moins de peluchage et plus de brillance.

Caractéristiques de la laine :

  • Velours de différentes hauteurs et épaisseurs possibles
  • Résistante à l’humidité et à la combustion
  • Bonne résilience à l’écrasement
  • Douce et chaude au toucher
  • Aspect naturel brut mais plus brillant en fonction du lavage ou de la qualité (Mohair, laine de Nouvelle Zélande ou afghane plus brillante)

Utilisation : tapis noués, tuftés, Handloom et Kilims

LA SOIE

D’origine animale, le fil de soie est très long puisque le cocon n’est composé que d’un seul fil (jusqu’à +/- 1.000 mètres !). Celui-ci est extrêmement fin, parfaitement lisse et brillant. Six à huit cocons sont déroulés ensembles pour former le fil définitif. La soie possède un pouvoir élevé d’absorption ce qui lui confère une bonne réaction aux colorants et à l’humidité. Elle est également très résistante.

L’aspect subtilement brillant de la soie et sa finesse sont incomparables pour la réalisation de tapis haut de gamme.

La meilleure soie est importée de Chine et titre 140 counts (deniers) (« Chinese silk »). La meilleure soie indienne est dénommée « real silk » et est beaucoup moins chère que la soie chinoise.

Caractéristiques de la soie :

  • Velours de différentes hauteurs possibles
  • Résistance moyenne à l’humidité (doit être séché au plus vite) – moins sensible que la viscose
  • Résilience moyenne à l’écrasement
  • Douce au toucher
  • Aspect brillant (mais moins que soie végétale)

Utilisation : tapis noués, tuftés, Handloom et Kilims

La culture des fibres végétales est exigeante en main-d’œuvre, mais peu gourmande en engrais et en pesticides et est une alternative intéressante à la culture du coton. Les plantes sont le plus souvent récoltées manuellement. Après les avoir fauchées, on procède au rouissage, qui consiste à les laisser macérer dans l’eau plusieurs semaines jusqu’à ce que les fibres se décollent. Lavées puis séchées, elles sont envoyées à la filature et, éventuellement, à la teinture.

La couleur naturelle de ces fibres varie d’une récolte à l’autre, ce qui est un gage d’authenticité, mais qui rend aléatoire la constance des teintures

L’utilisation de ces fibres est en plein essor car le secteur manufacturier s’intéresse de plus en plus aux matières biodégradables respectueuses de l’environnement.

LE LIN

Les qualités du lin sont très nombreuses. Respectueuse de la nature, c’est une fibre douce, résistante et peu sensible à l’humidité et aux micro-organismes. Elle sublime idéalement, par son lustre naturel, le mélange avec d’autres matières : laine, viscose, chanvre.

Sa couleur varie du beige au gris. Il peut être teinté mais son manque d’absorption rend l’opération délicate. Utilisé non mélangé, son velours réagit comme celui des tapis en soie ou en viscose : les reflets causés par les pas sont très visibles. Ce qui en fait d’ailleurs toute la beauté.

Caractéristiques du lin:

  • Velours de différentes hauteurs possibles
  • Résistance moyenne à l’humidité (doit être séché au plus vite)
  • Résilience moyenne à faible à l’écrasement
  • Doux au toucher dans le sens du velours – plus rugueux à contre sens
  • Aspect brut dans le sens contraire du velours, légèrement brillant dans un sens opposé

Particularités :

  • Se mélange très bien à la laine (donne de l’éclat au velours) ou à la viscose (donne un aspect brut).
  • Coloration plus complexe que les autres matières : nous recommandons qu’un échantillon soit réalisé avant la commande d’un nouveau coloris.

Utilisation : tapis noués, tuftés, Handloom

LE CHANVRE

L’utilisation du chanvre est séculaire et se retrouve dans de nombreux produits manufacturés. Sa culture est facile et rapide. Les fils sont obtenus après la décomposition des tiges (rouissage). La fibre du chanvre est tout à fait naturelle et est très résistante. Sa couleur de base se décline dans une grande variété de bruns et, comme le lin, sa teinture est délicate. Pour atténuer sa rugosité, des lavages successifs du fils puis du tapis terminé sont nécessaires. Filé à la main et mélangé à d’autres matières, comme la laine, le chanvre permet des effets « matière » très intéressants.

Caractéristiques :

  • Hauteur velours: court à moyen
  • Résistant à l’humidité
  • Résilience moyenne à l’écrasement
  • Toucher assez rugueux (moins dans le sens du velours) mais un lavage plus intense le rendra plus doux.
  • Aspect brut dans le sens contraire du velours, légèrement brillant dans un sens opposé

Particularités :

  • Se mélange très bien à la laine (donne de l’éclat au velours) ou à la viscose (donne un aspect brut), soit mixé, soit en alternance de bouclettes et velours par exemple.
  • Nuances naturelles si filé à la main

Utilisation : tapis noués, Kilims

LA JUTE

La jute est une plante herbacée cultivée dans les régions tropicales, comme l’Inde et le Bengladesh. C’est une culture pluviale peu gourmande en engrais et pesticides. Son rendement est d’environ deux tonnes de fibre sèche par hectare. La fibre de jute est longue, douce et brillante. Sa longueur va de 1 à 4 mètres. Elle est essentiellement composée de cellulose végétale et de lignine, principaux composants de la fibre végétale et de la fibre de bois. Le rouissage biologique, le plus répandu, consiste à faire tremper les tiges afin de séparer plus facilement les fibres.

Totalement biodégradable et recyclable, la fibre de jute est respectueuse de l’environnement. Les fils les plus fins peuvent être séparés pour imiter la soie. Il est également possible de mélanger le jute avec la laine.

Sa fibre est résistante, longue, douce et brillante. Ses couleurs naturelles brun-or varient d’une plante à l’autre.

L’ORTIE

La tige de l’ortie est une fibre textile d’excellente qualité dont on fabriquait autrefois cordes et toiles. Elle est à la fois naturelle et biodégradable mais aussi légère et solide.

L’ABACA

L’abaca, également nommé chanvre de Manille, est une fibre extraite de la gaine des feuilles autour du tronc de l’abaca, une espèce proche du bananier originaire des Philippines et largement répandue dans les régions tropicales humides. Les meilleures qualités d’abaca sont fines, brillantes, de couleur beige clair et très solides.

L’ALOE

La couleur naturelle de laloé, brillante comme la soie, est beige mais les nuances en sont nombreuses. Les variations de tons d’une récolte à l’autre ne peuvent garantir la fidélité des teintures.

Caractéristiques identiques au chanvre.

Seule la brillance et la douceur varient d’une matière à l’autre : la jute et l’abaca seront plus douces et brillantes que le chanvre ou l’aloe.

LES FIBRES NATURELLES VEGETALES AQUATIQUES

Les fibres aquatiques sont à la fois très écologiques, naturelles et biodégradables. Et leur exploitation est également une solution contre l’envahissement de certaines cours d’eau. Le jonc de mer, la jacinthe d’eau et le roseau font partie de ces plantes dont on fait des tapis tressés aux teintes naturelles du beige au brun en passant par le vert.

Robustes et très décoratifs, il y a un risque de dessèchement qui peut être évité en l’humidifiant régulièrement très légèrement (avec une serpillère par exemple).

LES FIBRES VEGETALES ARTIFICIELLES (CELLULOSES)

Appelée parfois « soie artificielle » ou « art silk », la viscose est une alternative plus économique à la soie. Elle est plus douce au toucher et plus brillante. Créée à partir de pulpe de bois, ses caractéristiques s’apparentent à celles du coton. D’origine végétale, son traitement nécessite cependant l’emploi de produits chimiques. C’est une fibre résistante, mais ne supportant pas l’eau et de faible résilience.

La viscose de bambou ressemble davantage à la soie, en plus moelleux.

La brillance de la viscose de bananier est plus éclatante et a un aspect plus métallique.

Enfin, le fil de Tencel (extrait de l’eucalyptus) est obtenu par un procédé (lyocell) plus écologique que la viscose car le solvant utilisé pour dissoudre la pulpe est non toxique et biodégradable. En outre le Tencel présente une meilleure réaction à l’eau et à l’usure. Cette option est idéale pour les tapis destinés à des passages importants dont l’entretien sera facilité.

Comme pour la soie ou le lin, la direction de la lumière sur le tapis joue un grand rôle dans le rendu des couleurs. A contre-poil, celles-ci sont contrastées et profondes. Dans l’autres sens elles sont parfois invisibles et le tapis est très brillant. Il est important de le savoir lors de la préparation de la commande (spécialement en cas de découpe particulière : le sens du velours doit être réfléchi avant la découpe).

Caractéristiques :

  • Velours de différentes hauteurs possibles
  • Résistance très faible à l’humidité (doit être séché au plus vite et ne doit pas être frotté). Le Tencel est l’alternative la moins sensible à l’eau.
  • Résilience moyenne à l’écrasement
  • Très douce au toucher
  • Aspect très brillant (plus que la soie naturelle)

Utilisation : tapis noués, tuftés, Handloom et Kilims

 

LE LUREX

Le lurex est une marque déposée de la société anglaise Lurex. La fibre est composée d’un fil textile, généralement de la viscose, recouvert de polyester sur lequel a été vaporisé une pellicule métallique argentée, dorée ou de quelque autre couleur.

La fibre synthétique est un fil produit à partir de matière synthétique obtenue par synthèse d’hydrocarbures. Elle pose le problème écologique de par sa provenance fossile et de sa non biodégradabilité.

Le nylon et le polyester sont très souples, solides et durables, résistants aux frottements ainsi qu’aux insectes (mites), aux champignons et à la putréfaction. L’acrylique offre l’avantage qu’il ressemble à la laine et qu’il a une bonne résilience.

Le PET yarn

Dans le souci de protéger l’écosystème et l’environnement, des sociétés industrielles ont développé une fibre recyclée à partir de bouteilles en polyester usagées. PET est le nom de la résine utilisée pour produire les bouteilles en plastique (polyester). La fabrication de cette fibre, appelée Pet yarn (également RePet ou rPet yarn) ne nécessite pas d’avoir recours à nouveau aux ressources naturelles comme le pétrole, consomme peu d’énergie et émet moins de CO². Sa résistance est excellente et elle convient parfaitement aux tapis ainsi qu’à d’autres textiles. L’inde développe intensivement cette méthode de recyclage. Sans pour autant ressembler à de la laine, son aspect synthétique n’est pas trop prononcé. Une de ses particularités est que les tapis qui en sont faits peuvent être mis à l’extérieur et être exposés aux intempéries. Ils conviennent donc pour les salles de bain, cuisines, bords de piscine, etc.

10 bouteilles en plastique donnent 500 grammes de fibre recyclée.

1 million de bouteilles épargnent 250 barils de pétrole et 180 tonnes de CO².

Caractéristiques :

  • Velours de différentes hauteurs possibles
  • Résistance très bonne à l’humidité: idéal pour outdoor
  • Résilience bonne à l’écrasement
  • Douce au toucher
  • Aspect identique à l’acrylique ou proche de la laine

 Utilisation : tapis tissés ou noués pour l’extérieur.